[Webmestre]
[Accueil] [Ajouter aux favoris] [Nous contacter] [Rechercher] [retour]
La grande histoire d'un petit club...
retour accueil
retour club
page 1
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
Les épreuves féminines du 100m, 200m, 400m, 800m, 1000m, 1500m, 3000m, 5000m, 10000m, heure

La grande histoire d'un petit club

1956 – 2005

Cet ouvrage aurait pu s'appeler “la petite histoire d'un grand club”, mais s'il est facile de trouver un titre, il est plus dur d'aborder épreuve par épreuve la chronologie d'événements ou de noms en faisant un tri plus ou moins judicieux. Privilégiant certains « exploits » négligeant d'autres, ce récit, conté discipline par discipline a peut être le défaut de faire encyclopédie.

La deuxième difficulté est d'essayer de prendre du recul et d'objectiver la compétition ou le record... Mais à vouloir être trop objectif ne risque-t-on pas d'être fade ? Témoin tantôt acteur, tantôt spectateur, parfois passionné toujours attentif d'une période de plus de trente ans ! Allons cette histoire en vaut bien une autre...

Pierre DOMEC

100 mètres

Le titre de femme la plus rapide du club, très convoité, est d'abord détenu par Marie Claire PILLON qui malgré un départ assez lent sait terminer fort…

Si elle domine la fin des années 60, Hélène GUILLOUX lui donne la réplique au début des années 70 et établit un record à 12.7 à Rouen Mermoz le ../../1971.

La jeune cadette Caroline DAGUET, au départ un boulet de canon établit un beau 12.1 le ../../1978 à Sotteville lès Rouen.

Elle est vite relayée par l'ambitieuse Annick BRACHET qui enlève le titre régional en 1979 et surtout le titre interrégional le 08 juin 1979 à Tourcoing avec un beau 12.0 à la clef. Cette performance lui permet de participer aux championnats de France d'Orléans où elle réalise …. en série.

Dix ans après, le samedi 18 juin 1988, Nathalie POLIN prend le relais avec un temps de 11.9. Elle franchit un nouveau « mur » (manuel) et devient championne régionale junior sur notre stade. Elle reproduit la même performance en gagnant le meeting d'Amiens le 29 juin et participe le 09 juillet aux Championnats de France à Créteil (12.41 en série) et aux Championnats de France de deuxième division à Fontainebleau (12.56). En 1989, Nathalie confirme son titre régional junior en 12.2 et gagne le match interligues à Fontenay-Le-Comte en 12.58. La même année, Nathalie réalise … en série aux France Espoirs et … en ½ Finale des France Juniors.

En 1990, Nathalie dispute son premier championnat régional senior sur cette distance. Le samedi 23 juin à Sotteville, elle termine deuxième derrière Sylvie DOUGLAS (HAC) mais se console en établissant un beau 12.13. Le samedi 14 juillet à Montgeron, elle améliore sa marque en 12.03 aux championnats de France espoirs. Aux N2 à Lens, elle a le plaisir de franchir le cap des séries et des demi-finales pour terminer 4 ème de la finale B en 12.01. Cette place lui vaut une qualification pour ses premiers championnats de France à Blois. Un peu décontenancée, Nathalie réalise 12.41 en séries.

En 1991, Nathalie passe le « mur »(électrique) de 12.00 à l'occasion des France espoirs de Montgeron. En effet, le 13 juillet, dès les séries, avec un vent favorable de 1m30 par seconde, elle se surpasse en 11.94. Mais ce n'est pas fini car elle a le bonheur de repasser ce mur en finale en réalisant 11.99, se classant 5 ème de la course.

Le samedi 20 juillet, aux France N2 de Lens, elle confirme sa progression : 1 ère de la finale B en 11.94 (+ 0,2 m). Le 27 juillet, la voilà de nouveau qualifiée aux N1 à Dijon, où malgré un vent défavorable (- 0,5 m), elle se maintient à 11.98 lors des séries. En 1992, année quasiment sabbatique pour Nathalie en raison de ses études à Sheffield (G.B.), elle participe tout de même aux championnats de France N2 à Franconville où elle réalise 12.32 en série.

En 1993, le samedi 18 juin, Nathalie prend le titre régional à Sotteville malgré la montée en puissance d'Isabelle CORREA ( SS76). Notre sprinteuse en profite pour glaner un record de Haute Normandie :11.75 en série et 11.74 en finale ! Le vent est favorable (+ 1m70), Isabelle CORREA termine deuxième en 11.91 et Nathalie SIEURIN 5 ème en 12.51 (12.48 en série). A Nancy, huit jours plus tard, Nathalie enlève le critérium PTT en 11.60 mais le vent souffle : +2,50m … Au meeting de Sotteville lès Rouen, le 03 juillet, Victoire et nouveau record de Ligue : 11.73 (VF + 1,20m). Dans la même course, Nathalie SIEURIN termine 5 ème en 12.46. Le lendemain, elle enlève le titre interrégional au Touquet en 11.84 (V : - 1,8) quelle santé !

Le 21 juillet la voilà aux France N1 d'Annecy et 11.63 (VF : + 0,5m) dès les séries. En finale, elle se contente de 11.79 (VF : + 1,1m) et d'une septième place mais déjà son esprit est ailleurs sur 200m le lendemain ! Cette performance lui vaut de remplacer Patricia GIRARD (ménisque douloureux) au premier relais du match international France - Finlande - Italie et de le gagner avec Maguy NESTORET, Valérie JEAN CHARLES et Violetta LAPIERRE.

En 1994, année blanche pour Nathalie qui pourtant a fait une belle saison hivernale (blessure au 2 ème tour d'interclubs à la hauteur). Nathalie SIEURIN réalise 12.42 (V :- 0,3m) à Saran au deuxième tour d'interclubs.

En 1995, Nathalie FOKOUA reprend le titre régional à Gonfreville le 18 juin en 11.80, Nathalie SIEURIN est 4 ème en 12.44 (V : + 1,10m). Aux France N2 à Viry Châtillon, elle termine 4 ème en 12.03 (V : -1,30m), la victoire revenant à sa grande rivale Isabelle CORREA. Aux France N1 à Charléty, elle réalise 12.01 en série le 22 juillet.

En 1996, au 2 ème tour des Interclubs, Nathalie SIEURIN réalise 12.41 (+ 0,40m). Nathalie enlève le 100m des Jeux normands à Caen en 11.81 (V :-0,5m) lors de la première course du meeting devant Garance NARFIN (HAC). Elle établit le même temps 11.81 lors de la première course du meeting de Rouen le mercredi … juin et 11.79 (V : + 0,90m) lors de la deuxième course. A chaque fois, elle termine seconde derrière Nadège DIA (Amiens). Nathalie SIEURIN 5 ème et 4 ème des deux courses réalise deux fois 12.36 ! Aux France N1 à Evry, Nathalie POLIN réalise 11.74 (V : + 2,8 m) en série et 11.92 (V :- 0,7m) en demi-finale. Sur sa lancer elle gagne à Lillebonne le 1000m le 26 juin de la première étape du Pouchet en 11.94 (VN) devant G. NARFIN (HAC) 12.00, Nathalie SIEURIN 12.34 ; Sandra BLONDEL y réalise 12.53.

En 1997, Nathalie POLIN établit sa meilleure performance au meeting d'Argentan en 11.81 mais Garance NARFIN prend sa revanche aux régionaux du Val de Reuil en l'emportant en 11.86 contre 11.93 pour Nathalie (V : + 2,40m).

En 1998, Nathalie POLIN après un break total de quelques mois (semi-retraite ?) rechausse les pointes et à la surprise générale domine ses éternelles rivales Hauts-Normandes Isabelle CORREA et Garance NARFIN en 12.03 (V : + 1,6m).Le 10 mai, à Tours aux Interclubs, Aurélie FELIX enlève le 100m en 12.3, le chrono électrique n'a malheureusement pas fonctionné pour cette course…

En 1999, Aurélie FELIX, parallèlement à sa progression en longueur, continue à gagner en vitesse : 12.41 (V-1,8m) le 9 mai à Amiens au 1 er tour des interclubs, 3 ème d'une course gagnée par O. DIA (Amiens) en 12.27… Elle réalise 12''12 (V : - ) le 23 mai à Antony au 2 ème tour des Interclubs d'une course gagnée par Patricia GIRARD (Neuilly Plaisance) en 11.52.

En 2000, Sandra BLONDEL est l'athlète la plus rapide du club avec notamment une victoire à Antony au deuxième tour des interclubs et un record personnel à 12.21 (V :+1,4m).

Elle continue sa progression en 2001 et enlève le deuxième tour des interclubs à Angers le 20 mai en 12.21 (V-1,1m). Cette course disputée entre deux essais au triple saut, dynamise l'équipe interclubs de belle manière… Le 17 juin aux régionaux du Havre, elle subit la loi de Patricia LEBORGNE (SS 76) 11.86, mais dans son sillage , elle a le plaisir de réaliser 12.17 (V+1,8). Une fracture du doigt de pied va interrompre cette belle série… Une victoire lors de la finale du challenge Pouchet à Dieppe, le 14 octobre n'est qu'une maigre consolation.

En 2002 aux régionaux de Dieppe le 9 juin, Sandra subit à nouveau la dure loi de Patricia LEBORGNE mais elle gagne l'interrégional au Val de Reuil le 23 juin en 12.11 (V+2,7) . Qualifiée aux Nationaux 2 à Sotteville le 8 juillet, elle réalise 12.23 (V+0,9) en série mais ne peut courir la finale : son employeur « Décathlon » refuse de la libérer.

200m

Marie Claire PILLON longtemps notre meilleure athlète sur cette distance se voit vite confrontée à Hélène GUILLOUX venue du CSM Petit Quevilly. Hélène prend le meilleur sur Marie Claire après de nombreux duels sur la cendrée de Sotteville lès Rouen ou sur la terre rouge de Mermoz le 11-07-1971 à Saint Denis, elle est la première à passer la barrière des 26.00 : 25.8. Marie Claire riposte une derrière fois en 1974 dans le temps de 26.00 à Beauvais. En 1979, Annick BRACHET qui vient de Villeurbanne réalise 25.7 aux Départementaux à Sotteville lès Rouen en prenant le sillage de l'internationale Suzel TANIC (S.D.) et l'emporte le 17 juin aux régionaux de Sotteville en 25.2. Championne Interrégionale à Tourcoing elle est qualifiée d'office aux championnats de France d'Orléans où elle réalise …. en séries.

Nos spécialistes d'épreuves combinées Sylvie GUERENTE (26.0 en 1982) et Isabelle CHERADAME (25.7 en 1984) assurent l'intérim jusqu'à la venue de Nathalie POLIN en 1987.

A la surprise générale, Nathalie, encore cadette, enlève les régionaux seniors du 200m devant la favorite DUCRET (HAC) en 25.9 le samedi 20 juin 1987.Lors du deuxième tour d'interclubs à Caucriauville le 29 mai 1988, elle améliore le record d'Annick (qui aura duré quand même 9 ans) d'un dixième : 25.1. Elle l'emporte aux régionaux devant BLEUZE (AAV) et participe à ses premiers championnats de France (- 22 ans) à Montgeron : 5 ème en séries 25.64.En 1989, Nathalie fait une pause sur 200m pour s'améliorer sur 100m.

En 1990, toujours aux Interclubs et à nouveau au deuxième tour, à Villeneuve d'Ascq, Nathalie établit un nouveau record électrique en 25.09 mais se fait devancer par Sylvie DOUGLAS (HAC). Mais, aux régionaux de Sotteville, le 23 juin, elle donne de beaux coups de buttoir au record : d'abord en 24.84 en séries puis en 24.52 en finale. DOUGLAS est un soupçon derrière en 24.54 ! A la mi-juillet, Nathalie rentre en finale des France Espoirs où elle termine 8 ème en 25.12. Mais le record est une nouvelle fois descendu en ½ finale : 24.32. Aux N2 à Lens, elle grignote encore en séries 24.15 pour terminer première de la finale B en 24.29. Les performances lui permettent de participer à son premier championnat de France N1 à Blois où elle réalise 24.38 en séries.

En 1991, Nathalie gagne sa première médaille à un championnat de France N2 : c'est le 21 juillet à Lens et avec l'aide d'un vent de +1,40m elle revient bronzée avec un nouveau record de 24.02. Elle se qualifie ainsi aux N1 à Dijon où elle fait presqu'aussi bien le 28 juillet en séries : 4 ème en 24.03 avec + 1,20m. Malheureusement, elle est la première non-qualifiée des séries et ne peut participer à la grande finale… En 1992, nouvelle pause, cette fois pour ses études en Grande Bretagne. Le 23 mai 1993, Nathalie face à la génération montante d'Isabelle CORREA (SS76) et Garance NARFIN (HAC) se doit de briller d'autant plus qu'on est au deuxième tour d'interclubs à Tourcoing et que l'équipe vise le titre Interrégional. Nathalie fuse alors hors de ses « starts » et creuse un écart qui stupéfie adversaires et spectateurs, puis placée dans la ligne droite elle termine sans se désunir. Las, le chrono électrique est en panne mais le temps manuel est extraordinaire : 23.3…

Nathalie ne perd pas de temps pour confirmer, dès le 6 juin à Herdelberg (FNSU). Elle place un bon 23.80 en séries avec un vent de +0,9m. Reste les championnats de France N1 à Annecy… En séries, malgré un vent défavorable de 0,10m, Nathalie l'emporte en 23.78. Elle se sent en pleine forme et prend conscience qu'en finale tout est possible. Après un départ rapide, elle débouche en tête à la fin du virage mais dans la ligne droite Aline ANDRE (ASPTT Paris) et surtout Maguy NESTORET (EA Franconville) reviennent à la lutte. Les trois athlètes se jettent sur le fil :

1/ Maguy NESTORET : 23.62 (V :- 0,4m)

2/ Nathalie POLIN :23.63

3/ Aline ANDRE : 23.65

Nathalie devient alors la première internationale senior de l'histoire du club le 19 septembre à Evry dans le match France – Finlande – Italie. Elle termine 5 ème du 200m en 24.33.

En 1994, malgré deux victoires aux interclubs (23.94 et 24.02), une blessure à la hauteur au deuxième tour d'interclubs à Saran empêche Nathalie de confirmer ses progrès hivernaux…

En 1995, Le 23 juillet aux France N1 à Charléty, elle termine 4 ème d la 3 ème série en 24.27.

En 1996, le 22 juillet aux France N1 à Evry Bondoufle, dans la série n°2, Nathalie termine 4 ème à un souffle de Delphine COMBE (Aubenas) : 23.52 contre 23.56 avec un vent +1.60m. Le lendemain, en demi-finale, elle s'améliore encore ! Toujours deuxième de la course remportée par Fabienne FICHER 23.47 contre 23.49 pour Nathalie (V : + 0.1m). En finale, elle prend sa revanche sur Fabienne de l'épaisseur d'un maillot : 23.98 contre … 23.98 ! Mais c'est Delphine COMBE qui l'emporte devant la camerounaise N'KOMA (Stade Français). Le vent est défavorable :-0,50m.

En 1997, qualifiée aux N1 à Fort de France, Nathalie, convalescente d'une blessure ne peut concourir, elle participe cependant aux N2 à Toulouse. Mal remise, elle réalise cependant 24.13 en série et termine 5 ème de la finale en 24.18. Cette performance lui vaut d'être sélectionnée pour son deuxième match international : les jeux de la Francophonie à Madagascar ! Sandra BLONDEL le 1 er juin de la même année réalise 25.21 au Val de Reuil et devient ainsi deuxième performer sur la distance lors d'un match inter-ligues.

En 1998, Nathalie POLIN enlève le 200m des jeux normands le 31 mai à Petit Couronne en 24.50 (V :+1,50m).

En 1999, Nathalie POLIN se limite à des 200m indoor : 24.10 puis 24.24 aux France à Liévin le 13 février pour mieux préparer le 400m et le 400m haies. A signaler les progrès de Florence JOUENNE qui le 23 mai à Antony réalise 25.96 lors du deuxième tour d'Interclubs.

En 2000, c'est Sandra BLONDEL qui démarre en fanfare la première : elle l'emporte en effet à la réunion d'ouverture du Val de Reuil en 25.67 (V : -05.m). Mais la réponse de Florence JOUENNE ne se fait pas attendre : 25.59 (V :-0.7m) au 1 er tour des Interclubs à Amiens. Sandra s'oblige à faire mieux ; elle remporte la première étape du challenge Pouchet en 25.56 (V :+1.5m).

400 mètres

L'histoire du club sur cette discipline commence par le titre régional de Marie Claire PILLON gagné le 14 juin 1970 à ROUEN Mermoz devant Hélène GUILLOUX (CSMPQ) : 59.6 contre 62.5. Marie Claire récidive à Sotteville le 20 juin, mais dans le vent et le froid, elle ne peut faire mieux que 60.3. Mais Hélène qui est venue renforcer nos sprinters va s'allier avec Marie Claire pour nous livrer une fabuleuse course : le 9 juillet 1972 à «SAINT POL DE TERNOISE». Hélène GUILLOUX 58”5 - Marie Claire PILLON-ALLONNEAU 59”3. Lors de ce championnat interrégional, nos représentantes prennent les deux premières places. Hélène , championne régionale le 18 juin à Sotteville en 59.6 , est notre première athlète féminine à se qualifier à un championnat national estival. Le 27 juillet à Colombes en 58.8 , elle termine 8 ème de sa série.

Le 25 juin 1973, Martine DESMAREST enlève le titre régional en 60.0 à Sotteville. Le 26 juillet à Colombes , au national juniors, elle se classe 4 ème de sa série en 59.8.

Il faut attendre 21 ans pour que Julie MARTIN s'intercale entre Hélène et Marie Claire ! Julie, en effet, termine deuxième de sa série en 58”8 aux interclubs de «TOURCOING» le 23 mai 1993...

Même si Isabelle DANIEL enlève les régionaux en 1984 & 1985, il faut patienter 25 ans pour qu'une deuxième athlète : Béatrice DAMPIED dépasse Marie Claire PILLON . Chronométrée en 59”20 à «SOTTEVILLE» le xx.xx.1997 notre Guadeloupéenne peut mieux faire. Il est vrai qu'elle ne peut doubler 400 mètres plats et haies dans la même réunion...

On attend alors de nouveaux assauts contre ce record non seulement de la part de ces 2 athlètes précitées, mais également par Sandra BLONDEL , Flora SAYE ainsi que Nathalie POLIN-FOKOUA .

C'est cette dernière qui dans l'optique des championnats de France du 4x400 mètres pulvérise un record qui date de plus du quart de siècle !

Nathalie stimulée par la présence de Cécile ANIN (HAC) bonne spécialiste régionale fait une course bien équilibrée pour terminer en 55 ² 94 en donnant l'impression d'en avoir encore sous le pied. Ce jour là le 28 septembre 97 à «NOTRE DAME DE GRAVENCHON» Nathalie parle d'arrêter sa carrière.

En 1999, c'est en salle au meeting d'Eaubonne, le 5 février, que Nathalie améliore son record ! Dans une course gagnée par BEVIS (CA Montreuil) en 54.65, elle résiste longtemps à DOMENECH (US Créteil) : 55.25 pour céder en 55.62…

For de cette très belle performance hivernale et malgré une blessure au tendon d'Achille qui contrarie son début de saison, elle réalise d'entrée un magnifique 55.29 au meeting d'Argentan le 12 juin puis le 13 juillet elle parachève son œuvre sur notre stade en 54.85…dans des conditions idéales (chaleur moite d'une semi-nocturne) mais sans opposition, elle passe en 25.3 au 200m et est l'athlète qui marque le plus de points de cette troisième étape du challenge Pouchet.

En 2000, au challenge Pouchet d'Evreux, en juillet, Sandra BLONDEL, se teste enfin sérieusement sur la distance : 58.6…

800 mètres

Nous homologuerons comme premier record sur cette distance, la belle performance de la junior Michèle HERY qui sur la piste en terre rouge de «ROUEN MERMOZ» réalise 2'27”9 en 1965.

Il faut d'ailleurs attendre 7 ans pour que xxxxx WALTER abaisse la marque à «EVREUX» en 2'27”5 et encore 6 ans pour qu' Ariane WATTEBLED le 28 mai 1978 le descende à 2'24”5 à «DIEPPE». Dans cette course gagnée par la championne régionale Catherine GAUTHIER (EAC), la cadette Sylvie QUELLIER (CSMO) qui fait deuxième en battant au sprint Sylviane LEVESQUE et Ariane, n'est autre que la mère de Claire CHEVALIER...

Le 7 mai 1980, à «SAINT MAUR», Ariane sent monter la menace de la jeune Christine LECOIN et veut creuser une marge de sécurité, mais Christine présente dans cette course ne fait pas de cadeau à son aînée, la lâche irrémédiablement au 600 mètres, et termine facile en 2'23”3... Ariane stupéfaite, égale son record mais ne fera jamais mieux par la suite...

Le 31 mai 1981, à «EVREUX», Christine enlève sa série aux interclubs en 2'21”5 lâchant au train une multiple championne de Normandie : Catherine GAUTHIER-DUPUY ; Décidément Christine aime déboulonner les anciennes !

Il faut attendre Sylvie BRUYANT et son été à «SAINT MAUR», pour que le mur des 2'20” soit enfin franchi : 2'19”8 le 16 juillet 1986. Si Nyrée CORBEAU se heurte 2 fois au mur : une fois en cadette 2'20”44 à «VILLENEUVE D'ASCQ» et la deuxième fois en junior 2'20”18 à «CAEN» B éatrice DAMPIED, à la fin des épreuves combinées de «VERSAILLES», lors de son record de l'heptathlon, se hisse dans la douleur à 2'19”66 le 27 juin 93.

Si Béatrice ne parvient pas en senior à améliorer cette performance, sa jeune compagne d'entraînement, Sandrine ROLLAND s'y intéresse le 9 mai 1998. En effet, dans ce premier tour d'interclubs à Amiens, notre junior 1 ère année, se trouve confrontée à Frédérique QUENTIN (ASPTT Lille) ainsi qu'à sa coéquipière la fameuse cadette Linda HADJAR récemment championne de France de cross-country…

Loin d'être impressionnée par la victoire de Frédérique QUENTIN en 2'06'99, Sandrine se laisse aspirer par le peloton de chasse et pulvérise son record personnel en 2'21''98…

Sa progression continue au deuxième tour en 2'21''11 puis elle domine la sottevillaise Claire LADENT aux interrégionaux à Villeneuve d'Ascq : 2'20''52 contre 2'21''71.

Le 13 juillet, lors de la fameuse soirée sur notre stade, 3 ème étape du challenge Pouchet, elle se trouve confrontée à Irène POULIQUEN (VRAC), Cathy GRISOLET (EMSAM) qui vient de pulvériser son record sur 1500m et Cécile PIEDNOEL (GABS) qui revient en forme…

Ces 4 athlètes sont encore dans un mouchoir à 200m de l'arrivée mais Cécile cède la première, suivie de l'énergique Cathy malgré la chorale de l'EMSAM… et Irène POULIQUEN,plus véloce, enlève la course en 2'19''02 devant Sandrine qui vient « mourir » sur ses talons  en 2 ‘19''76…

Après une tentative avortée en 2'21''64 à Saint Maur le 20 juillet, Sandrine décroche la timbale dans le temple de Charléty : 2'18''98 ! Un bel exemple de persévérance.

En l'an 2000, Béatrice prend sa revanche. Dans la dernière étape de l'heptathlon à Saint Etienne le 9 juillet, elle tente d'arracher le titre N2 soit à Emilie BOULLERET soit à Annabelle PARIS… Celles-ci n'ont que quelques points d'avance ; aussi Béatrice mène -t-elle un train d'enfer ; Mais Emilie et Annabelle, consciente du danger, s'épaulent tout en laissant Béatrice prendre du champ… 2'18''93 pour Béatrice, 2'22''06 pour Annabelle et 2'22''65 pour Emilie qui emporte l'heptathlon! Béatrice améliore son record vieux de 7 ans (heptathlon de Versailles) et Sandrine pour se consoler garde le record junior…

1.000 mètres

Comme chez les garçons, cette distance est hélas trop peu courue. La seule course à signaler est le fameux duel que se livre à «SAINT MAUR» Ariane WATTEBLED (l'ancienne) et Christine LECOIN (la nouvelle) le 14 mai 1980...

Ariane veut tous les records du club, du 800 mètres au marathon, Christine veut se faire un prénom. La série est relevée, et Ariane s'accroche au peloton de tête, Christine navigue esseulée derrière...

Dans la dernière ligne droite, Ariane bien que décrochée a encore belle allure et croit tenir sa revanche du 800 mètres, mais un bolide la passe dans les derniers mètres : c'est bien la petite cadette la plus rapide... 3'04”2 contre 3'05”1.

1.500 mètres

C'est en 1969 que les filles ont le droit de courir cette épreuve officielle pour la première fois. Ariane WATTEBLED dispute son premier régional le 30 mai 1976 à Dieppe où elle ne peut rien faire contre Catherine GAUTHIER (Evreux AC) : 4.48.6 contre 4.58.6. Elle devient championne régionale le 11 juin 1978 à «SOTTEVILLE» face à Michèle LUCAS (SS) qu'elle lâche au train et Sylviane LEVESQUE (GABS) qu'elle domine au sprint en 4'45”1.

2 ans plus tard, à «CAUCRIAUVILLE», Sylviane prend sa revanche mais elle ne peut rien contre le sprint dévastateur de Roselyne VASTINE (PAAC) qui réalise le doublé 800 - 1500 (2'18”0 4'36”7). Quelle santé ! Ariane , troisième, se console avec un nouveau record ; 4'44”5.

Christine LECOIN choisit l'hiver et la petite piste de «L'INSEP» pour réaliser en 1981 4'51.1... Bon test hivernal !

Le 27 août 1986 Sylvie BRUYANT réalise 4'43”8 à «SAINT MAUR» quelques semaines après son record du 800.

En 1995 Valérie DUVIALARD redonne au Club le titre régional abandonné depuis 17 ans ; En partant très vite et en résistant au retour d'un peloton par trop timoré : 4'46”24.

En 1996, lors d'une étape du challenge POUCHET, Brigitte LEGOUEZ échoue de peu contre le record de Sylvie en 4'44”12.

En 1999, c'est la junior Claire MOUETTE qui fait le meilleur temps de nos milers : 4'57''02 en livrant un très beau duel avec Bélinda BODINI (CF)… Cette dernière repousse l'ultime attaque de Claire dans la ligne droite en 4'55''23 et remporte l'étape de Rouen du challenge Pouchet.

En 2000, Brigitte VILAIN-LEGOUEZ tente de reprendre le titre ?!?! Elle domine en effet Cathy GRISOLET (EMSAM) la tenante aux départementaux…Au Val de Reuil, Cathy part vite mais faiblit sur la fin, malgré une course énergique dans les 500 derniers mètres, Brigitte ne peut revenir et doit même repousser les assauts de Françoise TRAISNEL (EAC) dans la dernière ligne droite… 4'53''54 pour Cathy, 4'58''72 pour Brigitte et 4'59''23 pour Françoise. Mais que fait la relève.

3.000 mètres

Le 1.500 mètres devenant trop court, le 3.000 mètres est créé en 1971, ce qui correspond tout à fait au tempérament d' Ariane WATTEBLED qui s'essaye pour la première fois sur la distance en 1973... Vice championne régionale cette année là à Sotteville, derrière LEBOUCQ (SC BERNAY) elle prend sa revanche le 16 juin 1974. Le 15 juin à SOTTEVILLE, elle gagne en 10.45.8 devant DESSEAUX (CA Cauchois) 11.11.2. Mais l'année suivante, malgré un duel acharné, elle ne peut rien contre Catherine GAUTHIER (Evreux AC) : 10.24.4 contre 10.33.6.

Elle s'améliore peu à peu au fil des années jusqu'au fameux mercredi 4 juin 1980 à «SAINT MAUR» où elle rencontre Françoise PAPELARD (Stade Français) et Sylviane LEVESQUE (GABS). La course Menée d'un train régulier par la stadiste va emmener les trois premières en mois de 10' ! Sylviane prend le record de Normandie à Ariane qui n'est pas mécontente devoir franchi le mur : 9'58”2.

Sur cette distance Ariane participe 2 fois au France : en 1979 à ORLEANS et en 1980 à «LILLE» : 18ème en 10'19”2.

En 1986, Sylvie BRUYANT après son record du 1.500 mètres s'essaye sur la distance à «SAINT MAUR» : 10'21”6. Puis à «SARAN» en 1994, au deuxième tour des interclubs, Nathalie QUESNOT se rapproche encore d' Ariane : 10'17”02. La même année, elle enlève le dernier titre interrégional sur cette distance devant Valérie DUVIALARD 10'22''15 contre 10xxxxx.

Il faut attendre le 1er tour interclubs à «NOGENT / OISE» en mai 1995, pour que le record vieux de près de 15 ans tombe... Au départ ; Zahia DAHMANI (US Tourcoing) et nos 2 équipières Valérie DUVIALARD et Carole LE METAYER...

Zahia part comme une bombe, Malgré une chaleur de plomb, Valérie réplique aussitôt et passe en tête après 1 kilomètre de course...

Zahia connaît une terrible défaillance et laisse passer Carole sans réaction. Valérie l'emporte en 9'57”1 devant Carole 10'13”7. Quel beau doublé aux interclubs !

Mais Zahia prend une éclatante revanche 15 jours plus tard, à «VILLENEUVE D'ASCQ», au match retour. Elle part à nouveau très vite, Valérie s'accroche aussitôt, mais ne peut tenir ce train d'enfer... Jamais Zahia ne donne signe de fatigue mais Valérie en menant une chasse énergique touche sa récompense : 9'52”05. Toujours aux interclubs au «VAL DE REUIL», mais en fin de saison, Valérie fait un cavalier seul et prend un tour à Virginie CLEMENT (SS) : 9'45”14.

C'est sur cette distance que Valérie décroche sa première sélection internationale au match espoir : France - Grande Bretagne - Italie - Espagne à «NARBONNE» en juillet 1995.

Le 8 juillet 1998 Brigitte VILAIN-LEGOUEZ est la meilleure performer du club de l'année en enlevant une étape du Challenge POUCHET en 10'9"85.

Le 9 juillet 1999, Claire MOUETTE participe aux championnats de France Juniors à Aix les bains. En 10'38''18, elle termine 13 ème d'une course gagnée par Emilie ROLLIER (Viry NSE) en 9'49''87.

Claire enlève quelques semaines après la 5 ème étape du challenge Pouchet où elle domine à la surprise générale la talentueuse Emmanuelle HONORE (PAAC)…

Claire, affûtée par le national des 10kms, est en grande forme et attaque d'entrée… Sur les conseils de son entraîneur, Emmanuelle laisse partir l'aventurière et attend qu'elle se brûle les ailes : elle a établit récemment la meilleure performance française de la ½ heure et est championne régionale du 1500m…

Forte de sa certitude, Emmanuelle laisse du champ à Claire et commence à grignoter dès la mi-course. A un tour de l'arrivée, elle est presque dans la foulée de notre championne. Mais Claire, alertée par ses nombreux supporters lance une accélération désespérée qui décourage Emmanuelle ! celle-ci renonce à sprinter alors que la victoire est encore à sa portée. Claire exulte de joie. C'est notre seule victoire féminine de l'inauguration du stade de Saint Valéry en Caux.

En 2000, victoires de Brigitte VILAIN-LEGOUEZ au premier tour des interclubs à Amiens 10'22''13 et à la première étape du challenge Pouchet, devant l'inusable Sylviane LESVEQUE (CSG) 10'20''54.

5.000 mètres

Cette distance remplace peu à peu le 3.000 mètres. Pourquoi, en effet faire différent chez les hommes et chez les femmes ? Le 3.000 mètres est au départ la plus longue distance féminine possible mais le boum du marathon féminin dès l'année 1980, prend les règlements de l'IAAF au dépourvu... Et le marathon par la pression des femmes est reconnu avant le 5.000 et le 10.000 mètres !

Le premier championnat régional du 5.000 féminin est remporté par Sylviane LEVESQUE en 1987 puis le deuxième par Nadine CRESPIN (EMSAM, mère de Céline) en 1988. Devant le succès mitigé de la deuxième édition, la ligue fait marche arrière et programme à nouveau un régional du 3.000 mètres! Mais en 1994, la fédération supprime le championnat de France du 3.000 au profit du 5.000, la ligue se voit contrainte de créer un troisième championnat régional du 5.000 mètres qui a lieu au stade «MARCEL LEMIRE».

Au départ Nathalie QUESNOT , Valérie DUVIALARD et Françoise DUVAL (EAC). Cette dernière tient 1.500 mètres face au train vif de la coalition postière... Nathalie repousse d'abord les assauts d'une Valérie en pleine progression, puis part au train... Le record détenu par Djida MORICE depuis 1986 (19'21”5) est enfoncé par Nathalie : 17'53”6 et par Valérie en 18'23”0 qui a résisté au retour de Françoise DUVAL.

A la finale du Challenge POUCHET, nous retrouvons les 3 même athlètes : le scénario est le même jusqu'à la mi course mais cette fois c'est Valérie qui prend l'initiative et l'emporte en 17'42”28. Dans cette course Elodie SPARENBERG montre des qualités d'avenir en 19'49”96.

Au régionaux 1995, toujours au stade «MARCEL LEMIRE», Valérie continue sa progression en atomisant son précédent record : 16'51”8. Elle court toute seule au train de bout en bout, Isabelle LUCAS pulvérise son record également : 18'43”3.

Valérie cherche à «SAINT MAUR» une course où elle aura de l'opposition. Au départ avec elle : Samira BRIYA et Martine PAYET... Valérie part au train et lâche le peloton des parisiennes stupéfaites par tant d'audace. Mais Martine a du métier, elle revient au train avec Samira et porte une accélération en doublant Valérie qui la met un instant en difficulté... Martine part dans le dernier tour suivi par Valérie qui essaye de limiter l'écart... Samira l'attaque à l'entrée de la dernière ligne droite mais Valérie bien que débordée s'accroche et surprise ! C'est Samira qui se désuni à quelques mètres de la ligne. Valérie se jette sur le fil et arrache la deuxième place à la jeune espoir marocaine : 16'38”0.

Le prochain rendez-vous est fixé au championnat de France espoir à «EVRY». Au départ Rkia YAJJOU et à nouveau Samira, Valérie un peu fatiguée par tous ces championnats (elle vient d'être championne de France espoir du 10.000 mètres) laisse filer les 2 filles. Mais peu à peu, elle revient au train sur Samira qui vient de se faire lâcher par Rkia... Le dernier tour de Valérie est énergique mais Samira est accrocheuse et elle déborde à nouveau Valérie au même en endroit qu'à «SAINT MAUR» ! La Rouennaise consciente de l'enjeu garde le contact, Samira se désunie mais il manque à Valérie la détente qu'elle avait au stade CHERON... L'argent du podium vient quand même la récompenser (Samira est étrangère).

Elle améliore une nouvelle fois le record du 5.000 en 16'37”9 lors d'une étape du Challenge POUCHET dans une course avec les hommes... Cette même année lors des interrégionaux, à «SOTTEVILLE», Elodie SPARENBERG réalise 18'25”52 tandis que Carole LE_METAYER remporte le meeting de «QUIMPER» en 17'42”40.

En 1996, Brigitte LEGOUEZ , s'essaye également sur la distance lors d'une étape du challenge POUCHET : 18'22”7, tandis que Valérie gagne son premier titre interrégional au «TOUQUET».

En 1998 Valérie reprend le titre régional à «PETIT COURONNE» tandis que Brigitte améliore sa meilleure marque à «VERNON» en 18'18''31 … Dans la même course : premier essai de Frédérique CROMBEZ en 19'05''18 …

En 1999, Claire MOUETTE bat le record de Normandie junior le 4 juillet à Lens aux Interrégionaux. Dans la course par Hanan NAAJI (Beuvrages) en 17'37''35, elle réalise 19'17''95 après avoir animée le premier quart de l'épreuve.

En 2000, Brigitte VILAIN-LEGOUEZ enlève deux étapes du challenge Pouchet : Rouen 18'07''9 et Evreux 18'08''44. Malheureusement sans opposition…

En 2001, Vanessa PAPADATO récupère le titre régional au Havre le 17 juin.

10.000 mètres

Avant que cette épreuve ne soit officialisée chez les femmes, Ariane WATTEBLED s'y risque le 30 septembre 1979 à «AMIENS» et réalise 40'00”0 temps de passage sur une tentative de record sur l'heure dont nous reparlerons dans un futur paragraphe.

Le premier championnat régional a lieu en 1986 et le premier record du club est établi par la junior Isabelle LUCAS qui remporte le titre senior. Elle améliore son temps le xx/xx/92 lors du Régional de «MONT SAINT AIGNAN», elle sprinte un tour avant la fin car elle est trop épuisée pour écouter le décompte des tours... Après un temps d'arrêt (qui dure très longtemps pour son entraîner et ses supporters) elle repart d'une foulée très hésitante et se jure de ne plus jamais revivre cet enfer !

Un an après Valérie DUVIALARD en 41'23”7 emporte son premier titre régional à «GAILLON» en lâchant au train à la surprise générale la tenante Géraldine SUBERT (EMSAM).

Elle dépasse le fameux mur des 40 minutes (39'54''9 ) quelques mois plus tard à «PETIT COURONNE» mais concède plus d'un tour à Nathalie QUESNOT (SPOR).

Valérie ne fait alors plus de détail, elle enlève son deuxième titre à «MONT SAINT AIGNAN» en 1994 (37'51''7 ) et sans se soucier des temps de passage.

Elle gagne son troisième titre à «GAILLON» devant Carole LE METAYER dans le même style qu'à «MONT SAINT AIGNAN» en 35'13''5. Carole très méthodique, a programmé sa montre avec un bip sonore pour calibrer sa course et se qualifier au France.

Voilà nos deux espoirs sur la ligne de départ de leur premier championnat de France de 10.000. Une chaleur étouffante et un vent sec balayent la piste de la «CELLE SAINT CLOUD», les plus fragiles abandonnent dès la mi course... Valérie part vite, Carole à sa main. Nous essayons de repérer une athlète espoir devant Valérie , aucune à priori ne la menace. Mais que le deuxième 5.000 est long ! Valérie est en pleine agonie, Carole qui revient de l'arrière est en pleine euphorie. Les autres filles sont également assommées par la chaleur, seule Nadia PRASAD la future championne de France paraît pouvoir accélérer ! Valérie enlève le titre espoir en crevant le mur des 35 minutes et, oh surprise ! , Carole prend le second accessit en pulvérisant son record 36'19''76. Quelle soirée !

Le 23 mars 1996, Valérie enlève en 34'35”9 son quatrième titre régional devant Nathalie QUESNOT et gagne un nouveau billet pour la «CELLE SAINT CLOUD où elle prend la 8ème place et elle parachève sa saison en améliorant le record de Normandie de Sylviane LEVESQUE lors d'une étape du Challenge POUCHET à «EVREUX». Valérie courant avec des garçons, le temps de 34'11''9 n'est pas homologué.

Il faut attendre le 31 mars 2001 pour qu'une nouvelle athlète franchisse le mur des 40'. A Rouen, lors d'une tentative sur l'heure, Clotilde VALLEIX passe en effet en 39'28.2.

L'heure

C'est encore Ariane WATTEBLED qui fait l'ouverture sur cette distance, le 30 septembre 79 à «AMIENS», elle part pour améliorer la meilleure performance de DERVIN : 13km653.

Au vu de ses derniers test à l'entraînement, cela paraît possible : il ne reste plus qu'à parcourir la distance !

Elle a l'avantage de participer dans la série B avec les hommes comme pour une course sur route… Facile jusqu'au 10.000 mètres, Ariane s'accroche à mort dans les 20 dernières minutes. Elle sait qu'elle a rempli son contrat mais est un peu déçue de ne pas avoir franchi la ligne des 15 Kms : 14km821…

Avant d'officialiser cette distance en 91, la ligue fait des essais sur la ½ heure qui ne sont pas concluant : jamais plus de deux concurrentes au départ avec cependant un record de ligue à 7.707 m par LELOUET ( CO EZY).

Le 14 avril 1991 à «LOUVIERS», le premier titre se joue avec au départ dix filles dont Laure BOUCHER (EA Louviers) qui après un bon passage au 10.000 m : 39'50''8 (9 secondes d'avance sur Ariane ) se désuni sur la fin pour menacer le record régional. La première junior Valérie DUVIALARD (12km887) lui reprend même du terrain dans les dernières minutes.

Le premier championnat avec dix filles au départ peut être considéré comme un succès, notre délégation outre Valérie est complétée par Catherine JOUANNIC et Alexandra MALRIC

La deuxième édition a lieu à «MONT SAINT AIGNAN» le 12 avril 92 avec là encore une dizaine de concurrentes. Si Géraldine SUBERT (EMSAM) succède au palmarès su 10.000 m avec 180 m d'avance sur Hélène GRET (EMSAM). Valérie améliore son record régional junior établi l'an passé : 13km590.

Le 21 mars 93, Géraldine SUBERT, super favorite, se fait décrocher, à la surprise générale par Valérie dès la première demi-heure ; Cette dernière enlève le titre du 10.000 m avec près de 20 secondes d'avance sur Véronique TAILLEUX (AAC). Valérie part à l'assaut du record régional espoir de Géraldine sur l'heure (14km208) mais Véronique la garde en point de mire et terriblement pugnace grignote quelques mètres par tour.

Valérie bien renseignée, donne tout ce qu'elle a, mais Véronique survoltée la déborde dans la dernière minute... Au dernier coup de revolver, Valérie s'allonge sur la piste, ivre de fatigue 44m plus loin que le record régional espoir. La pauvre Géraldine qui elle aussi s'est affalée quelques mètres en deçà se jure de ne plus jamais retourner sur cette distance…

Le 27 mars 94 à «MONT SAINT AIGNAN» Valérie n'a plus d'opposition, seule notre junior Laetitia HAMTTAT (13km418) tente de limiter les dégâts mais son aînée mène un train infernal et pulvérise le record régional d' Ariane qui aura quand même tenu 15 ans : 15km694.

Le 26 mars 95 à «GAILLON» V alérie se trouve confrontée à une adversaire beaucoup plus redoutable Carole LEMETAYER mais cette dernière compte s'arrêter au 10.000m. Dès le coup de revolver Valérie sprinte et Carole surprise pense plutôt à gérer son effort…

La cadence de Valérie , malgré le vent et la chaleur surprend tous les observateurs… Elle n'est pas sur des bases de 16km/heure mais plutôt de 17km/heure !

Au passage du 10.000 m le record espoir de Nathalie QUESNOT (36'57''4) est pulvérisé… Il s'en faut de quatorze mètres pour que la barrière des 17 kilomètres ne soit franchie !

16km986, la meilleure performance française de l'internationale de marathon Jocelyne VILLETON est améliorée. Pour que ce record soit homologué il manque un contrôle antidopage mais les responsables de la fédération l'inscrivent sur les tablettes le 31 décembre 1995.

Le 23 mars 96 à «ROUEN» en semi-nocturne, les conditions sont idéales et Valérie « vole »sur la piste de la Petite Bouverie. Tel un métronome (3'27'' de moyenne au km) elle avale les kilomètres vers un nouveau record qui franchi allègrement les 17kms : 17km332… Elle améliore sa marque de l'an dernier de près d'un tour.

Pour l'homologation du record de France tout a été prévu à l'avance : juge arbitre fédéral, contrôle antidopage et deux bouteilles de champagne…

Nathalie QUESNOT est de la fête avec 15km046 elle devient la deuxième performer normande de tous les temps.

Quelle folle soirée !

Le 31 mars 2001, Clotilde VALLEIX, toujours sur la piste magique de Rouen, devient deuxième performer du club. Elle parcourt 15Km054.